Plusieurs religions plus ou moins institutionnalisées existent sur les trois continents.

Le culte de Navas est le plus répandu et il est le seul culte officiel de l’Empire. Dans le royaume Dacre, il est même le seul autorisé à être pratiqué. Des cultes mineurs perdurent néanmoins çà et là dans les terres reculées.

A l’Ouest du continent, les peuples de Shara et de Kurak n’ont jamais été influencés par les prophéties navaséennes et s’en remettent toujours à l’Ayerling voie mystique aussi philosophique que religieuse.

Au Nord, les Marasobrans vénèrent Mo’glich, le dieu poisson que les anciens doivent rejoindre au crépuscule de leurs vies.

L’Empire Echozin dispose d’une cosmogonie tout à fait originale fondée sur une hiérarchie des êtres et une lutte entre les “plans”, sorte de forces créatrices qui influenceraient l’action des hommes.

Les habitants des terres de Sung ne sont pas très croyants. Ils ont plutôt tendance à rejeter ce qu’ils considèrent comme étant des superstitions. Mais certains de leurs intellectuels ont néanmoins reconnus qu’il y avait des coïncidences troublantes entre la prophétie et certains phénomènes naturels ou événements historiques.